Cours de gravure

Hello, je reviens cette fois avec un article concernant une expérience qui a été enrichissante pour moi durant ces 3 derniers mois. En effet, depuis Mars et jusqu’à Juin, j’ai suivi des cours du soir de techniques de l’image gravée à l’école Duperré. Ces cours sont organisés par les CMA (Cours Municipaux d’Adultes) de la ville de Paris. Tous les jeudis, pendant 3h, j’ai pu découvrir la gravure sous plusieurs formes (pas sous toutes ses formes, car c’est une technique qui demande beaucoup de pratique et d’expérimentations).

Je voulais vous partager mon expérience en quelques explications et images.

× La gravure, qu’est ce que c’est ? 

Définition : Le terme de gravure désigne l’ensemble des techniques artistiques qui utilisent l’incision ou le creusement pour produire une image ou un texte. Le principe consiste à inciser ou à creuser à l’aide d’un outil ou d’un mordant une matrice. Après encrage, celle-ci est imprimée sur du papier lors de son passage sous presse. L’œuvre finale s’appelle une estampe.

× Les différentes techniques :

Il y a deux types de techniques différentes, que j’ai eu la chance de tester, d’abord la taille d’épargne, puis la taille douce.

Taille d’épargne
La taille d’épargne est la technique que j’ai le plus expérimenté. Nous sommes ici sur un technique qui donnera des illustrations très contrastées. Il s’agit de creuser la plaque partout où l’impression ne doit pas avoir effet. Le dessin est conservé au niveau initial de la surface de la plaque, il est donc « épargné ». La taille d’épargne s’effectue à l’aide de gouges, cela ressemble à de petits couteaux en forme de gouttière. L’avantage de cette technique est que l’impression d’une gravure peut se faire à la main ou à l’aide d’une presse typographique.

Voici quelques matériaux que j’ai pu expérimenter en taille d’épargne :

Bois

Bois2-Web

Bois1-Web
Bois3-Web

Médium

Tronc-Web
Medium1-copie-Web

Linogravure

Lino1-Web

Montagnes3-Web
Montagnes7-Web

Lino4-copie-Web

Gomme

Gomme-copie-Web

 

Taille douce

Contrairement à la taille d’épargne, en taille douce, l’encre se dépose dans les creux gravés. La taille douce se pratique le plus souvent sur des plaques de cuivre et consiste à jouer un peu aux chimistes. Il s’agit de couvrir les zones que l’on ne veut pas creuser avec du vernis et de faire tremper sa plaque dans un bac de zinc, afin que le liquide ronge le cuivre et ainsi grave la plaque. Il est possible avec cette technique de créer des niveaux de gris différents en faisant de l’aqua-teinte. C’est l’utilisation de la colophane – le fameux bloc que l’on frotte sur les crins de l’archer pour jouer du violon. C’est un résidu solide de distillation de l’essence de térébenthine – et des bains de zinc répétées qui créeront ces niveaux de gris. Cette technique demande plus de temps et de réflexion car il faut maîtriser l’usage des produits chimiques et pouvoir se projeter sur l’illustration de la plaque. L’impression se fait ici, sur une presse à taille douce.

Bien sûr, il y a d’autres techniques de taille douce, dont la manière noire mais je n’ai pas pu l’expérimenter par manque de temps.

Matériaux que j’ai testé en taille douce :

Reynalon

Reynalon-Web
Reynalon2-Web

Plaque de cuivre

Cuivre1-Web Cuivre2-Web

 

Ces cours m’ont été bénéfiques, car j’ai découvert des techniques qui m’étaient totalement étrangère. J’ai pu avoir une approche différente de l’illustration. Je souhaite continuer la taille d’épargne et surtout la linogravure chez moi, faire des tests d’impressions avec des couleurs et papiers différents. Je vous présenterai plus tard mes expérimentations les plus réussies ! En attendant, je vais devoir me muscler les bras car la gravure demande de la force ahah !

 

Bibliographie :
– Définition de gravure Wikiwand

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*