Bilan culturel – Juin

Hello, aujourd’hui je vous parle de mon bilan culturel du mois de Juin. Un dimanche après-midi j’ai visité toutes les expositions des arts décoratifs, on peut d’ailleurs constater que leurs expos touchent un public assez large vous allez comprendre pourquoi ! 

Je vous explique mon point de vue sur 3 des 5 expositions que j’ai pu visiter car elles m’ont toutes les trois mises dans un position d’analyse plus constructive.

BARBIE

IMG_2876-WEB

Barbie et Ken en roller

L’exposition de « Barbie » me tentait depuis un moment je l’avoue. C’est tout de même une icône, qui représente pour plusieurs générations un symbole lié à notre enfance. D’ailleurs, la poupée Barbie est commercialisée depuis 1959, depuis la naissance de ma maman, ce qui est vraiment symbolique pour moi. L’exposition nous en apprend beaucoup sur cette mince poupée blonde. De sa fabrication, au marketing en passant par ses détournements et déclinaisons, plus de 700 poupées sont installées dans un espace de 1500 m2. Je suis retombée en enfance pendant une heure à me souvenir de quelle poupée et quels accessoires j’avais eu. Me retrouver face à l’arbre généalogique de Barbie m’a fait bizarre. Elle était très entourée ! Toute une famille a grandie avec le personnage, des ami(e)s, des amants … Comme nous le verrions dans une série TV aujourd’hui. Vous souvenez vous de sa petit soeur Kelly ? Je l’avais complètement oublié.

IMG_2887-WEB

Mattel a crée plus qu’une poupée mais un standard de beauté, qui a su faire parler d’elle en plein boom de la société de consommation. D’ailleurs pas plus tard qu’en Février avant le lancement de l’exposition, Europe 1 en à fait le sujet dans la chronique « La morale de l’info » : Lien . Malgré ce que la poupée peut connoter, nous ne pouvons nier le fait nous ayons toutes grandit avec et que nous sommes quelque part attachée à ce personnage.

L’exposition m’a rappelé le musée des jouets que j’avais visité à Prague en 2014  la toute première poupée mannequin y était exposée. Cette poupée s’appelait Bild Lilli et avait été lancé e  en Allemagne un peu avant Barbie. Dans le musée d’autres déclinaisons de Barbie y étaient présentes, d’ailleurs je vous le conseille si vous faites un saut à Prague, les collections sont permanentes.

bildlillidoll1

Bild Lilli

Aux arts décoratifs, si vous êtes attentifs, vous noterez la scénographie du lieu qui est particulièrement bien pensée avec ses formes souples et ses couleurs pastels qui nous immergent dans l’univers de la poupée. Si comme moi vous avez un vécu avec Barbie, je vous conseille d’aller à l’exposition que vous pouvez encore visiter jusqu’au 18 Septembre.

FAIRE LE MUR – QUATRE SIECLES DE PAPIERS PEINTS

806_W4515B11
DM6P210387_zoom

Gauche : Kanawa – en 2 lés de large collection Boussac Pierre Frey, 2013
Droite : The Pimpernel, William Morris, Londres, 1876, Jeffrey & Cie

Les arts décoratifs ont exposés 300 papiers peints emblématiques de leur réserve. Le musée dispose d’une collection de 400 000 oeuvres. L’exposition met en lumière la place du papier peint dans l’Histoires des arts. Elle compare des créations d’origines et de période différentes, ce qui nous montre un large éventail de styles et de savoirs-faire. 

a-0034-001-2
a-0020-109

Gauche : Falaises, Alain Le Foll, 1975, Zuber & Cie
Droite : Manufacture Follot, Paris, 1960

Cette exposition m’intéressait car la gravure a beaucoup été présente dans l’histoire du papier peint, et du tissu à l’époque, notamment avec la toile de Jouy.  La technique utilisée pour l’impression des toiles de Jouy était dans un premier temps l’application sur les toiles de coton pré-traitées de planches de bois gravées et enduites  de teinture. Par la suite ce sont les plaques de cuivre qui les ont remplacé.

J’ai aussi voulu me rendre à cette exposition car il y a deux ans j’avais assisté à une conférence sur le papier peint aux arts décoratifs, plus précisément sur le Wallpaperlab. Le Wallpaperlab est un partenariat entre l’association pour la promotion du papier peint (A3P), les arts décoratifs ainsi que les Domestic. Il est un concours devenu le carrefour incontournable de la création contemporaine de papier peints. Les Graphiquants qui est un studio de création très connu  dans le monde du graphisme étaient conviés au concours ainsi qu’à la conférence à laquelle j’ai assisté. Leur participation au concours est connu de tous les parisiens, vous avez sans probablement croisé leur oeuvre dans les couloirs du métro !!

floating_metrobus_mediatransport_03

Floating, Wallpaper, Les Graphiquants, 2009

Si le Wallpaperlab vous intéresse voici un dossier de presse en ligne sur l’exposition de 2014 : Lien

JR

IMG_2947-WEB

IMG_2950-WEB

JR, Pyramide du Louvre, 2016

Etant aux arts décoratifs,  j’en ai profité pour aller voir la pyramide du Louvre recouverte par JR. C’est un street artiste français que je connais maintenant depuis 5 ans. Grâce à la technique du collage photographique, il expose librement sur les murs du monde entier, le plus souvent des portraits. Sa démarche mêle l’art, l’action, l’engagement, la liberté, l’identité ainsi que la limite.

Son oeuvre : Faire disparaître la Pyramide du Louvre. L’artiste à ainsi recouvert la face la plus photographiée de la construction de verre par le morceau de façade qu’elle cache habituellement. Ce qui révèle ce que nous ne regardons plus depuis 1980. Ce collage s’inscrit dans son projet « Unframed » qu’il mène depuis 2009, Dans cette série, le street-artiste utilise des images d’archives pour leur donner une nouvelle vie en les réinsérant dans leur contexte architectural initial.

Je tenais à voir ce trompe l’oeil car j’aime son travail. J’avais d’ailleurs participé à son projet Inside Out en 2011 au centre G. Pompidou. L’artiste avait installé une cabine photographique géante. Chaque visiteur pouvait obtenir gratuitement et immédiatement un poster de 2 mètre de leur autoportrait afin de le coller dans la rue, dans un endroit symbolique pour le visiteur.

Mon portrait – Le projet : Inside Out

Capture d’écran 2016-07-10 à 14.29.10

Projet Inside Out, JR, 2011

Si son travail vous intéresse, vous pouvez aller le voir actuellement et jusqu’au 19 Septembre à la galerie des enfants du Centre George  Pompidou. 

________________________

TISSUS INSPIRES – PIERRE FREY

Processed with VSCO with f2 preset

L’exposition Pierre Frey « Tissus inspirés » m’a intrigué, je ne connaissais absolument pas ce nom, et pourtant la maison Pierre Frey créer et fabrique des étoffes de papiers peints depuis 1935. C’est l’une des références majeures dans le domaine de la décoration intérieure. J’étais heureuse de découvrir leur travail, que j’ai grandement apprécié. C’est à travers un parcours chronologique que l’exposition nous plonge dans le métier d’éditeur de tissus d’ameublements et de papier peints. 

Malheureusement cette exposition a pris fin courant juin, je vous laisse découvrir le travail de la maison Pierre Frey sur leur site.


DE LA CARICATURE A L’AFFICHE 1850 – 1918

Processed with VSCO with f2 preset

L’exposition met en lumière l’apport des caricaturistes à l’Histoire de l’affiche entre 1850 et 1918. Elle fait d’ailleurs un clin d’oeil aux dessins de presse actuels notamment à Charlie Hebdo. Vous pouvez encore la visiter jusqu’au 4 Septembre.

_


J’espère que ce bilan
vous a permis d’élargir vos connaissances et horizons – N’hésitez pas à me dire si vous allez visiter l’exposition de Barbie ou celle des caricatures  qui sont encore  ouvertes, et partagez moi votre ressenti ! A très vite !

2 thoughts on “Bilan culturel – Juin”

  1. Fabien
     · 

    Merci Floriane pour ce partage culturel 🙂 Le musée des arts déco est un de mes préféré et malheureusement je ne peux en profiter que trop rarement…

  2. flobeaut
     · 

    Merci Fabien, c’est un plaisir pour moi 🙂 C’est aussi un de mes musées préférés !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*