Bilan culturel – Juillet

Hello, je reviens aujourd’hui avec mon bilan culturel de Juillet !

La mairie de Paris met à disposition tous les étés des Pass jeunes dédiés aux 15-25 ans. Pour ma part, je n’en connaissais pas l’existence jusqu’à aujourd’hui mais mieux vaut tard que jamais. Ce pass permet d’aller à la piscine, au cinéma, à des concerts ou encore de voir des expositions, des spectacles ou découvrir des monuments de Paris a des tarifs plus que réduits ! C’est donc grâce à cela que j’ai pu élargir mes horizons ce mois-ci, et découvrir des artistes dans le domaine du cinéma et de la photographie.

Pour les parisiens, le pass est tout l’été mais attention nous entamons déjà le mois d’Août ! Si vous souhaitez le commander c’est par ici : http://passjeunes.paris.fr/

1-WEB
2-WEB

× Expos 
CIRCULATION(S), 104 
J’ai commencé l’aventure avec l’exposition Circulation(s) qui se trouvait au Centquatre. Cela m’a poussé à m’y rendre, je n’y avais mis les pieds qu’une seule fois, c’est dommage, il y fait si bon vivre. Le lieu est atypique, vous pouvez vous installer sur un transat pour bouquiner tout en observant des gens s’entraîner à la danse. Des groupes de hip hop, des danseurs de claquettes ou de classique, ils viennent s’y entraîner librement !

4843691_6_6ed7_2016-01-04-a68a8ff-26076-1wdu2zo_7dca52b69f2b678a65a2353d110ade5c
Laurent_Kronental_6


Pour ce qui est de l’exposition, elle concernait le festival de la jeune photographie européenne. J’ai été agréablement surprise et ai découvert des jeunes talents qui m’ont touchés. Notamment Laurent Kronental, qui a pour sujet principal l’architecture des grands ensemble de la région parisienne. Des bâtiments avant-gardistes, qui ne le sont plus aujourd’hui. Alexandra Lethbridge avec sa série “The Meteorite Hunter” se focalise sur la recherche de l’extraordinaire et utilise la météorite comme métaphore du fantastique.  Miren Pastor considère l’adolescence comme archétype du changement, sa série évolue avec ses sujets, caractérisant le passage de l’adolescence à l’âge adulte.

3-WEB
4-WEB

6-WEB


Ou encore :
Yoann CimierShane LynamTeresa Giannico
Vous pouvez en découvrir plus par ici : http://www.festival-circulations.com/artiste/

 

5-WEB

GUS VAN SANT, Cinémathèque

Encore un lieu où je me rends peu, la dernière fois que j’y suis allée, c’était pour l’exposition de Tim Burton. En plus d’être un centre culturel, l’architecture a été réalisée par Frank Gehry, c’est un bâtiment à voir ! Je vous parlais de cet architecte en Avril, quand je m’étais rendue à la fondation Louis Vuitton (une petite piqûre de rappel par ici) ! J’ai l’impression qu’il est un fil conducteur dans mes visites, car je me rends à Bilbao en Août, où se trouve le musée Guggenheim, également créé par Frank Gehry.

elephant-gus-van-sant
psycho1-e1315596927118

Revenons au sujet principal, qui est le réalisateur Gus Van Sant. Je me suis rendue à l’expo, plutôt curieuse, car je connaissais très peu son travail. Seulement le film Elephant, que j’avais apprécié surtout à l’image. Les cadrages, la couleur, le rythme du film était très touchant. J’ai découvert lors de l’exposition, que Gus Van Sant n’était pas seulement un réalisateur, il a été photographe, musicien, et peintre, un artiste à part entière. Grâce à ces expérimentations, et son expérience nous pouvons retrouver dans ses films des aspects plastiques, graphiques et sensibles. A une époque post-moderne (post-pop, post-nouvel Hollywood…) il renouvelle le cinéma outre-atlantique dit “indépendant”. Les films de Gus Van Sant suscitent l’étonnement, le réalisateur déroute les spectateurs avec des structures narratives complexes et des changements de tonalités. Ses seize longs-métrages sont très diversifiés comme s’il réinventait son cinéma à chaque création. Suite à l’exposition, j’ai ajouté à ma “To Do”, ses films les plus connus pour apprécier et m’émerveiller de cette diversité.

Gus Van Sant a aussi réalisé des clips vidéos de groupe très connus comme les Red Hot Chili Peppers, Elton John, Davie Bowie, Hanson ou encore Tracy Chapman.
Découvrez sans attendre son travail, grâce à cette playlist qui les rassemble !

7-WEB

× Film
SUMMER 
J’ai pu voir ce film d’art et essai au forum des images. Ce mois-ci, la thématique du cinéma portait sur la peau, un thème très vaste qui peut mettre mal à l’aise. J’ai donc choisi d’aller voir un long métrage plutôt léger, Summer. Un film lituanien plein de poésie sur une romance lesbienne. Les images étaient particulièrement esthétiques, leurs couleurs étaient assez ternes et pâles. On retrouvait le grain caractéristique sur certaines photographies argentiques.  

Voici le synopsis et la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=7y5so0s2RW0

Synopsis : Sangaïlé, 17 ans, passe l’été dans la superbe villa de ses parents. Mal dans sa peau, elle s’adonne à la scarification, tout en rêvant d’aviation. La rencontre avec Austé, une jeune fille solaire, illumine son existence. « Au plus près des grains de peau et des paysages, Alanté Kavaïté ne psychologise pas, préférant restituer le miroitement des sensations, à la lisière du fantastique. »

8-WEB

AVRIL ET LE MONDE TRUQUE
Rien à voir avec le Pass jeune cette fois-ci, une amie m’a parlé de ce film d’animation produit par Studio Canal et Arte France cinéma, Avril et le monde truqué. Il a remporté en 2015, le Cristal du meilleur long métrage du festival international du film d’animation d’Annecy. Cela présageait un très bon film. De plus, les producteurs exécutifs sont ceux du film Persépolis que j’avais particulièrement apprécié.

Voici le synopsis et la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=0CeRmyassi4

Synopsis : A la fin du XIXe siècle, une succession d’événements malencontreux a un impact déterminant pour l’avenir de l’Europe et même du monde : les deux principales conséquences sont la poursuite du règne des Napoléon et la stagnation totale de la science, car, notamment, l’électricité n’a pas été domestiquée. C’est dans cet étrange monde, en 1941, où les savants sont enlevés par une force mystérieuse, qu’Avril et ses parents, scientifiques, sont poursuivis par la police. Alors que ses parents disparaissent aussi, Avril se retrouve livrée à elle-même, en compagnie de son chat doué de la parole, Darwin…

_


J’espère que ce bilan
vous a permis d’élargir vos connaissances et horizons – N’hésitez pas à me dire si vous avez vu un de ces films, ou connaissez ces photographes. Partagez moi votre ressenti ! A très vite !